theme5-musique-vibrations-harmonie

La Science des Anciens

Thème 5 :

Musique, vibrations et harmonie

Musique, vibrations et harmonie

Qu’est ce que la musique ?

C’est l’organisation du monde vibratoire par la structuration du temps et par le déploiement du nombre dans celui-ci.

La musique est à la vibration, ce que l’architecture est à l’espace.

Elle comporte trois aspects :

  • Le rythme, nous faisant bouger, taper du pied et frapper dans les mains, est pour le corps.

  • La mélodie, racontant l’histoire et touchant par fantaisie, légèreté, gravité, ou solennité est pour le sentiment.

  • L’harmonie, posant le cadre dans lequel une histoire peut être racontée, est pour la pensée.

La musique transmet nos sentiments quand nous n’avons plus de voix…

Elle apaise l’âme et calme la bête sauvage.

Elle est l’intermédiaire entre le monde physique de la vibration et le monde psychique du sentiment. Insaisissable si on veut la fixer, elle ne peut être comprise que dans le mouvement.

Pythagore

La musique est régie par des lois que les hommes ont cherché à comprendre depuis la nuit des temps. L’octave par exemple, est un vestige de cette très ancienne connaissance qui est parvenu jusqu’à notre époque.


Pythagore est un de ces illustres personnages qui ont transmis cette connaissance. Souvent associé, à notre époque, à la géométrie, il est dans de nombreuses représentations, lié à la musique.


Sur le tympan de Notre Dame de Chartres, on peut voir Pythagore penché sur un instrument de musique à cordes (peut-être un monocorde ?) et sa muse au-dessus avec 3 cloches et une lyre.


Il y a quelque 2500 ans, Pythagore est censé avoir découvert que l’expérience agréable de l’harmonie survient quand le ratio des fréquences consiste en nombres simples. La légende raconte qu’en se promenant il était passé à côté d’une forge. En entendant des harmonies familières dans les bruits des marteaux frappant l’enclume, il était entré et avait réalisé que c’était le poids variable de ces outils qui était responsable des notes relatives.


Un marteau pesant la moitié d’un autre fait résonner une note deux fois plus élevée, une octave (2:1). Deux marteaux dont les poids sont dans un rapport de 3:2 ont une résonance séparée par une quinte. Les ratios simples génèrent des sons émouvants.


Extrait du livre “Quadrivium” livre IV édition Dervy


La gravure “la Théorie musicale” de Gafurio

En regardant attentivement cette gravure de Gafurio (1451-1522), nous découvrons Pythagore expérimentant la résonance des vibrations dans la matière (taille des marteaux, tailles des cloches, quantité d'eau, longueur de cordes ou encore la taille des flûtes).


L'harmonie

L’harmonie est basée sur le principe de résonance. Lorsqu'une note sonne (par exemple sur une guitare) d’autres notes résonnent en même temps. Ce phénomène est naturel, lié à des lois naturelles.


Comme l’a compris Pythagore, cette résonance se fait aussi dans la matière physique. Dans l’extrait suivant d’une vidéo YouTube, un vidéaste filme au ralenti la vibration d’un verre soumis à une fréquence sonore spécifique déterminée par la matière dans le verre. Le verre se met à vibrer en résonnant.

L'exemple du chant diphonique

À partir d'une note de base, dite fondamentale ou Do, apparaissent d'autres notes appelées harmoniques. Elles suivent une progression précise, déterminée par des ratios de nombres entiers simples. Dans l’extrait ci-dessous, un chanteur produit un son grave qui va résonner dans des cavités de son crâne et produire des harmoniques aiguës. En modifiant la cavité buccale, différentes harmoniques apparaissent et créent une mélodie.

 Vidéo : Chant Diphonique Hai


La progression harmonique peut s'exprimer graphiquement selon le schéma suivant

Les différentes harmoniques n'apparaissent pas aléatoirement, elles apparaissent par paliers successifs à l'endroit des nœuds, qui correspondent à des notes.

Les chants monophoniques et polyphoniques

Une distinction peut être faite dans les traditions de chant entre l’unisson et la polyphonie. L’unisson relie les chanteurs entre eux afin de ne faire qu’un. La polyphonie est un art de l’harmonie, où chaque voix entre en résonance avec les autres dans un rapport spécial, qui donne un résultat vibratoire spécifique.

L'octave

“le tao engendre un, un engendre deux, deux engendre trois. Trois engendre les dix mille êtres.”


Le passage du 1 au 2 est un doublement. En musique, le doublement d’une vibration est appelé Octave. Ce mot, qui veut dire huit, tire son origine des 8 stations (notes) qui composent ce trajet du point de départ 1 à l’arrivée 2. L’harmonique qui a la plus forte résonance avec la note fondamentale est la note à l'octave (Do avec le Do suivant par exemple).

Howard Crowhurst rapporte que selon David Hykes, l'octave est une loi cosmique et que le nom des notes de la gamme seraient originaires d'une ancienne connaissance du cosmos.

(Image extraite de la conférence d'Howard Crowhurst La gamme musicale)

Les nombres révélés par la musique

Là où l’astronomie révèle des nombres par les cycles, la musique avec sa gamme révèle les nombres par les harmoniques. 

Les intervalles sont nommés par le nombre de notes entre la fondamentale (DO) et une autre note. Par exemple, la quinte va de DO à SOL. Il y a 5 notes : DO - RÉ - MI - FA - SOL. 

Le rapport vibratoire entre les notes n’a pas de lien avec le nom de l’intervalle. La quinte (5) a un rapport de 3/2 avec la fondamentale. Par exemple, un DO qui vibre à une fréquence de 256H (Hertz) et un SOL qui vibre à 384H, soit 1,5 fois plus, forment une quinte.

Voici un extrait de la conférence "De Pythagore à Kepler", de David Crowhurst : l'octave et la quinte.

Relation entre musique et géométrie

L’Octave (DO à DO) : rapport 2/1

Se marie avec le bi-carré, forme géométrique fondamentale dans l’architecture sacrée.

La quinte (SOL à DO) : rapport 3/2

Se retrouve exprimée par exemple entre la pierre couchée de Kermario et le menhir du Manio 2 ou dans le Ziggurat d’Ur (image ci-contre).

La quarte et la sixte (FA à DO et LA à DO) : rapports 4/3 et 5/3

Ce sont les rapports qui donnent le triangle 3,4,5, autre forme majeure de l’architecture ancienne.

La septième (SI à DO) : rapport 15/8

Délivre un autre triangle de Pythagore, le 8,15,17 que l’on retrouve par exemple dans l’architecture des pyramides de Gizeh en Égypte.

La musique comme outil magique

Partout dans le monde, des traditions musicales ont existé, maintenant le lien entre le monde vibratoire et la matière. Un exemple de tradition qui a existé partout sur terre est le rituel de la pluie. Ces rituels sont souvent composés de danses, de chants, de rythmes. Ils se fondent sur l’idée qu’une certaine vibration émise sur terre pourra résonner avec le ciel et ainsi influencer les mouvements météorologiques.

Peut-on mesurer l’effet de la musique ?

Au 19e siècle, la chanteuse Magaret Watts Hughes réalisa un appareil (le Eidophone) pour observer la puissance de sa voix.

Elle remarqua rapidement que lorsqu'elle chantait, les grains disposés sur la membrane recevant les vibrations, au lieu de se disperser dans toutes les directions, se rassemblaient pour former une figure géométrique parfaite.




La musique est une science, étudiée depuis les temps anciens.

Mais cette science, peut-elle avoir un effet calculé et mesurable sur les gens qui l’écoute ?


Conférence remasterisée :

la gamme musicale

Dans cette conférence, Howard Crowhurst nous aide à retrouver les sources de l’antique science des vibrations et de la résonance avec des exemples pris dans toutes les époques, dans les formes, dans les mathématiques, dans le calendrier et les cycles, dans le cosmos et dans la matière.